On nous prend vraiment pour des c…

C’est pourquoi, il était necessaire de la défoncer

Nous étions là et nous avons assisté au massacre !

Au passage les règles démocratiques les plus élémentaires ont été bafouées. Ainsi malgré le règlement du conseil municipal:

Article L. 2121-13 du CGCT : Tout membre du conseil municipal a le droit, dans le cadre de sa fonction, d’être informé des affaires de la commune qui font l’objet d’une délibération.

Sachez qu’il nous a fallu saisir la commission d’accès aux documents administratifs pour avoir la liste des réservataires d’anneaux dont nous attendons la communication. Probablement ressemble-t-elle à celle de 2014. Quelques réservataires possédaient bien une petite embarcation, quant aux autres ils n’en avaient pas et voulaient réserver une place pour un futur bateau de faible dimension.

Le combat n’est pas terminé, soyez assurés qu’à la fin nous gagnerons, mais la procédure est longue et coûteuse.C’est pourquoi plus que jamais nous avons besoin de vos dons. Sollicitez vos amis, vos voisins, les défenseurs de la nature et tous les amoureux de Brétignolles afin qu’ils nous rejoignent.

Tous ensembles nous sauverons la Normandelière

Publicités

La presse bouge !

Depuis le début, nous nous sommes engagés à vous tenir informés et c’est ce que nous avons toujours fait au niveau local ; cependant, plus que jamais nous vous engageons à lire la presse en général.

La Gazette des Communes, journal d’information des mairies, a publié le 16 septembre un article ravageur sur le port de la Normandelière. Tous les responsables territoriaux de France savent maintenant qu’à Brétignolles sur mer on veut faire exactement le contraire de ce qu’il faudrait faire.

Le 18 septembre le Canard Enchainé, journal satirique bien connu, a descendu avec humour, M. Chabot, le porteur de ce projet fou.

Si la presse nationale s’en mêle, les politiques au niveau national vont peut-être se rendre compte de l’insanité d’un tel projet.

En  seulement un mois, nous avons créé une association, contacté les médias, organisé une manifestation sur la plage, fédéré plus d’une centaine d’adhérents, et déposé le 13 septembre, par l’intermédiaire de notre avocat, les recours gracieux demandant le retrait de l’arrêté déclarant d’utilité publique le projet de port, le retrait des arrêtés d’autorisation au titre du code de l’environnement et de décision de création du port, enfin le retrait de l’arrêté approuvant le transfert de gestion d’une dépendance du domaine public maritime (DPM).

Notre avocat met M le Préfet devant ses responsabilités face aux faiblesses du dossier, aux menaces liées à la sécurité, au réchauffement climatique, aux incohérences sur les recommandations gouvernementales et au non-respect des lois de ce projet.

Sans réponse favorable, nous attaquerons bien évidemment sur le fond au tribunal administratif.

Notre action n’a été possible que grâce vos dons et à vos adhésions et nous vous en remercions vivement.

Grâce à vous le combat a pu continuer, mais la route est encore longue car notre adversaire lui, bénéficie de l’argent des contribuables pour poursuivre les procédures et ne s’en prive pas.

C’est pourquoi, nous avons, plus que jamais, besoin de votre implication ; n’hésitez-pas à nous rejoindre, à vous inscrire sur notre blog, à relayer notre action sur les réseaux sociaux. Continuez à informer autour de vous sur nos activités, afin de nous aider à collecter les fonds nécessaires à la poursuite de ces actions en justice.

Ainsi, avec votre soutien nous allons poursuivre la lutte. Prochainement nous organiserons des réunions d’informations sur le canton. Nous ne lâcherons rien !

Il faut sauver la Normandelière, c’est notre responsabilité envers les générations futures.

Un rassemblement réussi

Tout le monde était présent pour réaffirmer le refus de ce projet de port destructeur de notre environnement et de notre cadre de vie.

Loin d’être découragés, les défenseurs de la Normandelière s’étaient regroupés sur le parvis de l’école de voile pour dire non à ces autorisations administratives.

Avant d’entamer une marche jusqu’au Marais Girard,

Nicolas Ducos avait exposé sa position et ses objectifs :

Journal TV Vendée du 14 aout 2019 début de l’intervention à 1 mn 58

Texte du discours sur le parvis :

Mesdames Messieurs,

Merci une fois de plus, d’être au rendez vous aujourd’hui. Vous démontrez, si besoin était, votre détermination pour la sauvegarde de ce site exceptionnel.  Ce dossier est l’exemple même de ce qu’il ne faut plus faire à l’heure du  réchauffement climatique et d’une prise de conscience générale de l’impact de la main de l’homme sur son environnement. Monsieur le préfet de la Vendée vient donc de signer les arrêtés autorisant la réalisation de ce projet. Certes, ces décisions sont surprenantes, mais pour autant, je ne critique pas l’Etat d’avoir pris une initiative qui nous est défavorable. La Déclaration d’Utilité Publique n’est en effet que le premier acte d’une suite de décisions qui mènera ou pas à une autorisation de construire.
Notre objectif aujourd’hui est de trouver avec l’Etat une sortie de crise positive.
Vous comprendrez donc aisément, que nous resterons discrets mais toujours actifs.
Le but de notre avocat n’est pas de faire du spectacle ou de l’esbroufe, mais du droit.
Sachez que si besoin, nous attaquerons cette décision dans le respect des lois de notre république.
Je comprends votre colère, je comprends votre indignation, votre inquiétude. Elles sont légitimes. Quoi de plus normal qu’elles s’expriment aujourd’hui tellement le traumatisme est grand, l’enjeu important.
Oui, ce dossier est emblématique. Oui, ce dossier illustre parfaitement la défiance que nos concitoyens ont envers leurs hommes politiques et leurs institutions, ce décalage entre la parole et les actes, cette carrière que l’on voudrait aujourd’hui reboucher alors que la Vendée manque cruellement d’eau, ces préconisations environnementales que l’on voudrait piétiner pour des motifs fallacieux.  Même si certains semblent aveugles, et sourds, la nature préservée est la première richesse économique de Brétignolles sur Mer.  Je propose donc, de transmettre ces terres convoitées au conservatoire du littoral pour qu’elles soient définitivement protégées de la cupidité de promoteurs immobiliers aujourd’hui aux aguets. Parce que les risques sont trop grands, parce que les enjeux sont irréversibles,  Monsieur le Préfet, vous pouvez aujourd’hui, en donnant une suite favorable à notre recours gracieux, calmer cette colère, éteindre ce soulèvement populaire, éviter que notre département si touristique soit demain la risée d’une décision arbitraire. Notre cause est juste, nos arguments sont forts, pour nos enfants, restons dignes. 
Le projet de port de Brétignolles sur Mer ne doit surtout pas être le prochain Notre Dame des Landes.
Je vous invite maintenant à défiler jusqu’à la plage du Marais Girard pour informer de notre combat.  Nous formerons ensuite une chaine humaine qui symbolisera l’impact du chenal sur la plage.
Vous pourrez ensuite si vous le souhaitez, pour 5€, adhérer à notre association, vous enregistrer en ligne, sur Agir pour Brétignolles, nous avons ici quelques bulletins papier. Vous pouvez aussi nous aider.  
Nous chercherons toujours à convaincre, nous continuerons inlassablement le combat jusqu’à la victoire finale. Gardez espoir. Nous avons gagné en 2011, faites nous confiance en 2019.

Du fond du coeur, je vous dis Merci

Apportez votre soutien à AGIR POUR BRETIGNOLLES en cliquant-ICI-

Naissance d’une nouvelle force

Nicolas Ducos a créé le 5 août 2019 une nouvelle association :

« Agir pour Brétignolles« 

L’association a pour objet de protéger le littoral de Brétignolles-sur-Mer contre toute atteinte à son environnement et de répondre aux aspirations des vacanciers « première richesse économique de notre territoire. « 

Elus de l’opposition, il a créé cette association après la décision de l’Etat de déclarer d’utilité publique le projet de port de plaisance à Brétignolles sur mer ce qui a soulevé de nombreuses inquiétudes parmi la population et les vacanciers fréquentant la région.

L’une des premières actions de l’association « Agir pour Brétignolles » sera de porter un recours contre la décision de l’Etat devant le Tribunal Administratif de Nantes.

Pour ce faire, nous serons assistés d’un nouvel avocat, spécialisé dans l’environnement qui, en attaquant sous un angle différent, nous apportera une chance de plus de gagner.

Nous rayonnerons au-delà de la commune de Brétignolles-sur-Mer parce que les contribuables des quatorze communes du canton seraient concernés par le financement des travaux et les déficits du port si celui-ci se faisait.

« Ne soyons pas résignés, ne baissons pas les bras, nous avons gagné en 2011, faites nous confiance en 2019 ! Parce que notre cause est juste, parce que nos arguments sont forts, avec la même méthode que par le passé, nous convaincrons les décisionnaires. »

L’association « AgirPour Brétignolles » appelle à un rassemblement pacifique

le mardi 13 août à 17 heures à La Normandelière

rendez-vous sur le parvis de l’Ecole de Voile.

Que vous soyez habitant du canton de Saint Gilles Croix de Vie, Brétignollais ou vacancier, rejoignez- nous, soutenez-nous !

Pour adhérer il suffit d’envoyer un chèque de 5 € ou un don à votre convenance accompagné du Bulletin d’adhésion à :

Agir pour Brétignolles _34 rue du Clocher_85470 Brétignolles sur mer

agirpourbretignolles@orange.fr

 

Encore une fausse bonne idée

La municipalité voudrait se donner une image de respectabilité environnementale alors qu’elle s’apprête à saccager le site le plus emblématique de Brétignolles.

Ce zéro poubelle et donc zéro déchet n’est qu’une escroquerie. Le résultat ne s’est pas fait attendre et l’on assiste à des dépôts sauvages un peu partout sur la commune.

Nous pouvons penser que c’est la mort dans l’âme que des parents responsables ont dû abandonner là les déjections de leur rejeton.

Toilettes de la Normandelière le 2 aout 2019

Mettons nous un instant à la place de ces touristes qui pensent arriver dans une commune hospitalière et qui se retrouvent devant une situation ingérable.

Ils se tourneront vers des stations plus accueillantes comme à Lorient où sont disposées des poubelles incitatives, comme aux Sables d’Olonne

ou plus près de nous à Olonne sur mer où des corbeilles sont disposées tous les 50 m sur les accès aux plages,

Tous les 50 m une poubelle

ainsi que devant le poste de surveillance,

Devant le poste de surveillance

pour un environnement impeccable.

Si on rajoute à cela les caillebotis permettant un accès facile aux plages, on ne peut que constater le gouffre entre le traitement des vacanciers du Pays des Olonnes et ceux du Pays de Saint Gilles.

btr

Si les travaux du port devaient vraiment avoir lieu ne doutons pas que les touristes désireux de passer des vacances agréables et dans de bonnes conditions sauront où aller.

En tous cas certainement pas à Brétignolles sur mer !

Ne nous laissons pas abuser par toute cette hypocrisie ! Le refus de collecter les déchets des vacanciers n’a aucun rapport avec l’environnement mais a été décidé uniquement pour réaliser des économies en prévisions des dépenses qui seront engendrées par ce projet pharaonique.

C’est ce qui fait toute la différence avec les communautés de communes qui nous entourent!

Restons combatifs, dignes et confiants !

Bien sûr ce projet de port est une ineptie, un non sens absolu.

Bien sûr, nous sommes très nombreux à penser que la position de M. le Préfet de la Vendée est incompréhensible, que les arguments développés ne sont pas à la hauteur des enjeux, que les bénéfices espérés seraient bien moindres que les dégâts irréversibles occasionnés si le projet aboutissait.

Bien sûr nous sommes atterrés par les positions politiques convenues.

Pour autant, sur les réseaux sociaux, souvent sous couvert d’anonymat, faut-il faire des attaques de personnes,  fustiger celui qui ne pense pas comme les opposants, inciter à semer le désordre, à la vindicte, critiquer les journalistes? Que tout serve de prétexte à la chienlit ?

Qu’a fait M. Chabot en 2011 à l’encontre des commissaires enquêteurs? Qu’ont fait certains opposants en 2018 vis à vis des commissaires enquêteurs?

Pourquoi un registre d’enquête publique s’est-il transformé en pugilat?
Pensez-vous qu’en agissant ainsi, on donne une bonne image des opposants? Que cela serve la cause que nous sommes censés défendre?

Faut-il alors s’étonner du résultat obtenu?

Pour combattre un projet qui défie la loi, les opposants doivent-ils sombrer à leur tour dans l’illégalité ?

Passée la stupéfaction, on peut être en colère, mais déraper n’est pas nécessaire pour convaincre.

Et surtout, restons discrets sur nos actions et nos projets. M. Chabot dans Ouest France s’est payé le luxe de ridiculiser les opposants en les remerciant de lui avoir fourni au fur et à mesure les éléments lui ont permis d’améliorer son 2ème projet.

Laissons lui quand même  méditer cette phrase :

Plutôt qu'ébranler la justice par la force qui fait haïr, mieux vaut se refuser une victoire décriée. On goûte au triomphe d'une heure, mais bientôt il se fane et fait la honte d'un foyer.
Jean Racine.

Parce que nos arguments sont forts, parce que notre cause est juste, nous gagnerons. Quoi qu’en disent les partisans, ce projet portuaire n’aboutira jamais.