Dernier conseil municipal

Texte lu au conseil municipal du 25 février 2020

Monsieur le maire, 
Faisant du dériveur à la Normandelière, je n’aurais jamais imaginé un seul instant qu’en prenant la parole à une réunion publique en mars 2003, cela aurait pris une telle dimension

Sur les 888 communes de notre littoral métropolitain, 1 seule aura donc eu cette idée saugrenue de vouloir creuser un trou dans les terres pour y faire rentrer les bateaux, promettant des richesses que tout le monde nous envierait. Peu importe la véracité des arguments, l’important était de convaincre. Après deux enquêtes publiques contradictoires, l’accord vous aura donc été donné.

Impacter des terres agricoles en retrait de la côte est déjà un acte pouvant choquer un bon nombre de contribuables Brétignollais, mais spolier une plage qui appartient à tous, araser une dune de notre site le plus touristique, arracher des centaines d’arbres alentour, a suffi à déclencher la colère et un véritable tollé bien au-delà des frontières de la commune, jusqu’au niveau national.

Certains opposants non responsables ont fait venir des spécialistes du désordre qui se sont enkystés dans la commune.
Ces actes inconscients ne nous ferons pas oublier que c’est vous qui avez la responsabilité de ce climat lourd et pesant.
La peur et la colère sont de bien mauvaises conseillères.

Cette dérive, cette perte de repère est révélatrice de la défiance de certains citoyens dans l’homme politique. Ils auront malheureusement perdu confiance en notre fonction, en notre implication, en notre travail d’élus locaux. 

Pourtant la condition initiale pour pouvoir plaider la cause auprès du décisonnaire, qui est l’Etat, la première des règles de notre démocratie, est de respecter la loi, est de respecter le droit.

Ce soir avec Laurence, nous voulons aussi nous adresser aux 
partisans que nous n’avons pas su convaincre. Sachez mesdames messieurs, que nous vous respectons. Tout comme vous, nous voulons le meilleur pour notre territoire, cependant nous pensons qu’ici, les risques sont beaucoup trop grands. 

Dans quelques jours, nous ne siègerons plus au conseil municipal. Pour autant, en toute sérénité, nous continuerons inlassablement de démontrer les incohérences de ce dossier, l’impact irréversible sur l’environnement et la gabegie des finances publiques. Le combat juridique ne fait que commencer. 

Pour le sourire d’un enfant qui joue sur cette plage, pour les générations futures, parce que nos arguments sont forts, parce que notre cause est juste, elle triomphera.
Parce que nous croyons en notre république, en la justice de notre pays, nos arguments seront développés par les voies légales.

Voilà pourquoi, vous nous aurez toujours comme opposants à ce projet.
Nous vous disons à bientôt.


Monsieur le maire, je vous remercie.
 

Laurence et moi avons donc décidé de ne pas solliciter de nouveaux mandats estimant que nous avions été au bout de ce que permettait la démocratie dans un conseil municipal.

Dorénavant c’est en agissant sur le plan politique au plus haut niveau et surtout sur le plan juridique, qu’avec votre aide, nous allons continuer ce combat.

C’est pourquoi nous vous invitons à nous rejoindre, à adhérer ou à faire un don afin de nous aider à poursuivre notre action.

                                                     Laurence Paupion, Nicolas Ducos.

BULLETIN D’ADHÉSION AGIR POUR BRETIGNOLLES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s