Dérapage révélateur

Où le maire laisse apparaître son mépris pour les habitants du Pays de Saint-Gilles.

Nicolas Ducos est intervenu en conseil municipal du 12 décembre 2018 dans le cadre d’un débat sur le projet de port à Brétignolles-sur-Mer. Il a interpellé Monsieur le Maire de Brétignolles-sur-Mer en lui reprochant d’avoir fait une erreur de localisation du projet de port à sec qu’il avait proposé lors de l’enquête publique. Ce projet de port à sec constituait une proposition constructive d’alternative au projet de port à Brétignolles-sur-Mer.

En effet, Monsieur le Maire a produit un mémoire pour répondre aux questions posées par la commission d’enquête dans le procès-verbal de synthèse. Dans ce mémoire, il critique la proposition de port à sec contenue dans l’une des observations d’enquête ; il indique que cette proposition est située sur un espace classé en site remarquable du littoral où tout aménagement est strictement interdit.

Nicolas Ducos a insisté pendant le conseil municipal sur le fait que l’emplacement qu’il a prévu se trouve sur un autre site, à quelque distance, en bordure d’une zone Natura 2000, mais hors de cette zone protégée.

Le porteur du projet a rétorqué : « On s’en fout ! Parce que notre objectif n’est pas de faire un port pour répondre aux besoins des gens qui ont besoin de faire du bateau à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, c’est de faire un port à Brétignolles-sur-Mer ! Alors, on s’en fout ! »

Selon Nicolas Ducos : « Il est inadmissible que le Président de la Communauté de Communes du Pays de St Gilles ne pense qu’à satisfaire certains habitants de Brétignolles, alors qu’il s’agit d’un projet communautaire dont le financement est supporté par l’ensemble des habitants du territoire…»

Pour des raisons de sécurité, de protection de l’environnement, de coûts, de respect de la loi littoral c’est bien un port à sec à St Gilles Croix de Vie qui serait la solution.

Nicolas Ducos a aussi interpellé Monsieur le Maire de Brétignolles-sur-Mer à propos d’une prétendue étude économique réalisée par le conseil Départemental de la Vendée en juin 2016, intitulée « Les ports en Vendée ». C’est cette étude qui accréditerait une création de futurs emplois. Elle est également citée dans le mémoire du maître d’ouvrage pour répondre aux questions posées par la commission d’enquête dans le procès-verbal de synthèse.

Selon Nicolas Ducos : « J’ai demandé depuis juillet 2018 à la Chambre de Commerce et au Conseil Départemental de la Vendée qui m’ont confirmé, par l’intermédiaire de Vendée Expansion, qu’il n’y avait pas d’étude économique sur les ports en Vendée. »

J’attends donc de Monsieur le Maire qu’il me fournisse les documents sur lesquels il appuie ces affirmations.

Laurence Paupion et Nicolas Ducos sont deux élus municipaux d’opposition de Bretignolles-sur-Mer.

Consultez ici l’étude réalisée pour un port à sec à St-Gilles-Croix de Vie

Un système génial

Publicités

Le déni au Conseil municipal

Qu’est-ce que le déni ?

Le déni est une stratégie de défense qui mène à éviter, sinon à nier une réalité.

Devant des éléments irréfutables présentés par Nicolas Ducos devant le conseil municipal, le  porteur du projet de port, continue sa stratégie de négation et prend l’air faussement indigné de quelqu’un pris en flagrant délit de mensonges.

Entre-autre, la soi-disant étude de 2016 du département de la Vendée dont se recommande le maire pour justifier l’intérêt économique du projet semble bien ne pas exister puisqu’il n’a jamais pu la montrer. En revanche, son contradicteur lui rappelle qu’il a interrogé depuis le mois de juillet la Chambre de commerce et le Conseil général de Vendée qui lui ont confirmé par l’intermédiaire de Vendée Expansion qui n’existait pas d’étude économique sur les ports en Vendée.

D’autre part, à la proposition d’un port à sec à Saint Gilles – Croix de vie, le porteur du projet arguait que le site proposé par Nicolas Ducos est situé en zone Natura 2000 ce qui est également faux comme on peut le vérifier sur le site officiel Géoportail.

Devant l’insistance de son interlocuteur, le maire finit par lui dire qu’il ne peut pas se souvenir de toutes les réponses alors que ce point précis se trouve à la page 20 de sa déposition et pour clore la question lui assène qu’un port à sec :  » On s’en fout ! « . Il va même plus loin en précisant que ce qui l’intéresse ce n’est pas de rajouter des anneaux à l’offre existante mais de permettre aux plaisanciers de Brétignolles de mettre facilement leurs bateaux à l’eau.

Preuve s’il en fallait que ce projet n’est pas dicté par une quelconque utilité publique ni même par l’intérêt de la communauté de communes, mais est bien destiné à satisfaire un lobby d’électeurs.