Vidons les campings et remplissons le port

C’est le credo de la municipalité et du porteur du projet qui considère négligeable la clientèle des campings.

Ces vacanciers ne seraient pas assez sélects et il faudrait au plus vite les remplacer par la clientèle chic des gros bateaux qui viendraient dépenser sans compter ses devises dans les commerces de Brétignolles.

Heureusement, Laurence Paupion, professionnelle reconnue du tourisme rétablit la vérité avec sa déposition à l’enquête publique.


A l’attention de Monsieur le Président 
de la Commission d’enquête
Communauté de Communes du Pays de St Gilles
ZAE Le Soleil Levant
85806 SAINT GILLES CROIX DE VIE
Brétignolles Sur Mer, le 27/09/2018
Monsieur le Président de la Commission d’enquête,
Gérante d’un camping à Brétignolles sur Mer, j’ai participé en tant que membre au   dernier au Conseil municipal du mardi 25 septembre dernier. A l’ordre du jour de ce Conseil figurait une délibération sur l’avis de la commune dans le cadre de l’enquête publique sur la demande d’autorisation environnementale déposée par la Communauté de Communes pour le projet de port de plaisance.
Je souhaite revenir sur les propos, tenus par la majorité municipale, qui a promu l’intérêt d’un port de plaisance au niveau touristique en dénigrant l’offre actuelle de la commune basée principalement sur l’Hôtellerie de Plein Air et les résidences secondaires. Sans renier ce que l’Hôtellerie de plein air avait apporté à la commune, elle serait aujourd’hui, selon la municipalité, obsolète car héritée des « Trente Glorieuses ».
La municipalité de Brétignolles sur Mer et la Communauté de Communes du Pays de Saint Gilles veulent démontrer l’utilité d’un port de plaisance à Brétignolles sur Mer en fustigeant l’Hôtellerie de Plein Air et veulent faire passer le message que la clientèle des campings n’est pas assez intéressante en terme économique pour le territoire contrairement à la clientèle touristique qu’apporterait un port de plaisance.
Je tiens à rappeler que l’Hôtellerie de Plein Air est un acteur économique majeur du tourisme en France :

Fédération Nationale de l’Hôtellerie de Plein Air 1

Fédération Nationale de l’Hôtellerie de Plein Air 2

Les chiffres clés en 2017 sont :
124 millions de nuitées ;
22 % du chiffre d’affaires consacré à l’investissement ;
1 Français sur 3 déclare avoir été en camping au moins 1 fois au cours des 5 dernières années ;
20% de touristes en plus dans les campings depuis 10 ans ;
La durée moyenne des séjours des clients de l’hôtellerie de plein air est la plus importante parmi tous les types d’hébergements touristiques collectifs (5.13 jours en 2017).
C’est d’autant plus vrai au Pays de Saint Gilles qui compte 79 campings pour 14 000 emplacements environ dont 13 campings pour 2 625 emplacements environ sur la commune de Brétignolles sur Mer.
Je tiens à préciser que 75% des recettes de la taxe de séjour du Pays de Saint Gilles provient des campings. Ce chiffre a été donné lors de la dernière réunion de l’EPIC le 20 septembre dernier. L’EPIC du Pays de Saint Gilles récolterait, selon ses membres, la plus forte recette du territoire vendéen.
Les campings ouvrent majoritairement le 1er avril sur une période moyenne de 6 mois. Dès le mois d’avril, l’activité commerciale et touristique reprend vie sur la commune. Il suffit d’interroger les commerçants.
Selon l’étude réalisée sur le Pays de Saint Gilles en 2014, la moyenne des séjours en camping est de 11.8. 65% des touristes sont fidèles au territoire. Les activités plébiscitées concernent la plage à 87% et à 84% les balades.
Vendée Expansion
Selon Atout France (Agent de développement touristique de la France et unique opérateur de l’Etat dans le secteur du Tourisme) : « Face aux nouvelles attentes et exigences des clientèles, la spécificité nature et environnement préservé devient un atout incontestable pour les destinations touristiques. »
La clientèle est donc avide de sites naturels tels que la Normandelière.
En 2015, l’un des sites les plus fréquentés par la clientèle touristique brétignollaise et des ses alentours a été condamné, rayé de la carte : le plan d’eau de mer de la Normandelière.
La principale raison évoquée à la suppression de ce plan d’eau par la commune fut que la qualité de l’eau n’était pas bonne.
Or, tous les bassins d’eau, autorisant la baignade et ouverts au public, font l’objet d’un contrôle d’eau régulier, comme le sont d’ailleurs les piscines des campings. Si les résultats ne sont pas bons, le bassin est automatiquement fermé et interdit au public. Le plan d’eau de la Normandelière n’a pas été supprimé pour sa qualité d’eau mais pour justifier et apporter un argument supplémentaire sur l’utilité d’un port de plaisance où serait intégré un plan d’eau pour la baignade.
Pendant ce temps, Brétignolles sur Mer a perdu un atout touristique important.
L’Hôtellerie de Plein n’a rien d’obsolète et est au contraire un secteur qui s’adapte et se diversifie pour répondre à une mixité sociale et à l’évolution de celle-ci. On voit de plus en plus apparaître des « quartiers VIP » au sein des campings avec des jacuzzis privatifs, des offres « lits et courses faits à l’arrivée », des offres comprenant des packs hébergement plus visites sur des sites touristiques ou location de vélos…De nombreux investissements sont également réalisés pour offrir de plus en plus de services (complexes aquatiques, terrains multisports…)…
En même temps, elle garde ses emplacements « nus » pour les toiles de tente et caravanes qui représentent une clientèle toujours bien présente.
Les campings sont des acteurs économiques incontournables pour notre territoire :
En créant des emplois ;
En faisant la promotion des sites touristiques du territoire ;
En étant un vecteur pour les commerçants, producteurs…;
En étant un vecteur d’achat de résidences principales.
La municipalité dénigre l’Hôtellerie de Plein Air et tient parfois même un double langage en souhaitant supprimer des campings en centre-ville tout en ayant accepté récemment l’agrandissement d’un camping au sein de la commune.
PLU Brétignolles
Il peut paraître étrange qu’une professionnelle du tourisme soit contre un port. Je ne suis pas contre un port mais contre ce port. Si ce projet démesuré venait malgré tout à voir le jour, qu’adviendrait-il, pendant toute la phase des travaux, du tourisme et de ses acteurs ?
D’autres alternatives plus responsables sont possibles sans détruire le site remarquable de la Normandelière.

Article Ouest France : Ports du futur, ports à sec

Veuillez recevoir, Monsieur le Président de la Commission d’enquête, l’assurance de ma considération distinguée.
Laurence PAUPION-BITEAU

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s