Toujours les mêmes méthodes

Comment accueille-t-on les touristes à Brétignolles ? …..

Vous avez pu le constater, depuis lundi, la mairie est fermée en raison de l’occupation illégale de terrains sur la commune par les gens du voyage, voir l’arrêté municipal.

Pourquoi ?

« C’est une positon politique » affirme le maire (OF 29/06/2014), qui voudrait ainsi mettre la pression sur les services de l’Etat.

Sans préjuger du fond du dossier, la méthode municipale est toujours la même : cliver pour essayer d’instaurer un rapport de force.

Décidément M. le maire à la mémoire courte et une certaine interprétation de la loi lorsque ça l’arrange ; rappelez-vous l’épisode de la banderole sur la mairie, « Brétignolles veut son port », des dépôts sauvages de gravats dans la zone Natura 2000 ou du stationnement des tracteurs sur la plage.

Quelles conséquences ?

  1.  On prive les touristes d’un point d’accueil
  2.  On n’impacte nullement les gens du voyage
  3.  On n’impressionne pas les services de l’Etat

Et pendant ce temps-là, malgré nos nombreuses demandes

  • accès à la plage du Marais Girard par le parking et par la dune toujours très compliqué
  • absence de caillebotis pour faciliter le cheminement notamment des poussettes sur le sentier littoral panoramique
  • disparition du plan d’eau…
  • absence de transports collectifs malgré nos propositions
Fermer la mairie n’aura donc aucun effet sur la présence des gens du voyage à Brétignolles mais ne peut qu’impacter défavorablement l’image de notre station touristique.
Publicités

Appel à la responsabilité

Madame, Monsieur le Conseiller communautaire
Communauté de communes du Pays de Saint Gilles

Brétignolles-sur-Mer, le 13 juillet 2017

Transmission par courriel

Objet :  principe de précaution

Chers collègues,

Comme nous, vous vous investissez sans compter pour le bien commun. Comme nous, vous vous posez sans cesse la question : Quelles initiatives peut on prendre pour améliorer le quotidien des habitants tout en agissant dans l’intérêt général?

Rappelez-vous, dans les années 70, à St Jean de Monts, à Saint Hilaire de Riez, et à St Gilles Croix de Vie, les maires, M.Viguié , M. Caiveau, et M. Ragon et le conseil municipal, étaient eux aussi dans cet état d’esprit, persuadés de faire le bien lorsqu’il ont construit les fronts de mer, pour faire venir les touristes.

Aujourd’hui, la donne a changé. Avec le réchauffement climatique, le contribuable, à travers la communauté de communes, dépense désormais des fortunes pour tenter de protéger ces habitations les pieds dans l’eau. Et si c’était à refaire, les élus se poseraient bien des questions.

A La Faute-sur-Mer, les élus avaient aussi validé un lotissement pour développer la commune. On connait aujourd’hui les conséquences dramatiques d’un acte qui paraissait à tous louable et plein de promesses.

Pourquoi faut-il que des catastrophes surviennent pour enfin nous ouvrir les yeux ?

Ne reproduisons pas des erreurs déjà commises !

Les dernières « Rencontres du tourisme » prouvent aussi que les attentes des touristes ont évolué : adeptes désormais de naturel, ils recherchent de l’authentique….

Nous avons la chance d’avoir un littoral attractif mais si fragile ; ne le détruisons pas de manière irréversible.

Etre élu, engage notre responsabilité vis à vis de nos concitoyens mais surtout vis à vis des générations futures qui nous jugerons.

Nous vous souhaitons d’agréables vacances.

Très cordialement,

Laurence Paupion
Nicolas Ducos
Elus d’opposition Brétignolles sur Mer