Dragage ? Pas dragage ?

Le 15 avril à St Gilles-Croix-de-Vie, le président de la communauté de communes disait qu’il prévoyait peu de dragages dans son projet de port à la Normandelière. Le 5 mai à Coëx, après avoir lu sur notre blog qu’un dragage à Port La Vie coûtait 350 000 €/an, il disait prévoir 150 000 € par an de dragages.

Alors, dragages ou pas dragages ?

La réponse nous est donnée par une récente expérimentation du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie. Il s’agissait d’illustrer le phénomène d’évolution des chenaux de navigation soumis à des courants de marée : comment les courants de marée déplacent le sable, nécessitant des dragages et déformant le profil du chenal.

L’expérimentation s’est déroulée sur la plage des Rochelets à Saint-Brévin (44). Les chercheurs ont construit un petit chenal d’environ 4 m de long sur 1 m de large orienté dans le sens du flux/reflux de la marée.

Ils ont ensuite laissé évoluer le chenal pendant 24 heures, soit 2 cycles de marée. En revenant sur le site le lendemain, ils ont observé que le chenal avait subit de fortes évolutions :

Tous ceux qui, enfants, ont joué sur la plage, reconnaîtront ce qu’ils ont eux-mêmes expérimenté, avec moins de rigueur scientifique mais pour le même résultat.

Pour en savoir plus : cet article du blog Avenir Pour Brétignolles est extrait de :

Evolution des chenaux de navigation soumis au transport solide

Publicités

Réponse du berger à la bergère

Lors d’une réunion publique, le porteur du projet de port de Brétignolles a fait le parallèle  entre José Bové et Nicolas Ducos.

Bové-Ducos

Nicolas Ducos répond en rappelant que ces sarcasmes sur sa personne démontrent l’absence d’arguments valables à lui opposer pour défendre ce projet.

A Monsieur Christophe Chabot
Président de la communauté de communes du Pays de Saint Gilles Croix de Vie
Transmission par courriel
Brétignolles sur Mer, le 18/05/2017
Concertation publique, projet de port de Brétignolles sur Mer
Monsieur le Président,
J’apprends par la presse qu’une fois de plus vous me caricaturez, en mon absence, vous l’adepte des attaques personnelles…
Sans doute s’agit-il d’une énième manoeuvre politique qui consiste, par une pirouette, à détourner l’attention de l’auditoire face à une objection pourtant incontournable.
Je ne suis pas un amateur de foot, mais avec un score de 7 à 0 lors des enquêtes publiques, on aurait pu espérer un dossier de concertation plus construit, présenté lors de vos réunions.
Que nenni. Vous affirmez toujours, mais ne démontrez rien.
Vous tentez juste de faire rêver et trébuchez sans cesse.
A vouloir toujours avoir raison, vous vous contredisez souvent…

Monsieur le Président, nous ne partageons pas les mêmes valeurs.
Moi, je respecte les gens et préfère argumenter sur le fond.
Et si un jour mon fils se promène avec votre fils sur cette plage, ils pourront certainement échanger sur l’humain, et admirer ensemble cette nature préservée.
Nicolas Ducos

Grand numéro d’illusion à la Communauté de Communes

La réunion de la Communauté de Communes ce 5 mai 2017 a été une fois de plus l’occasion d’assister à un numéro d’illusionniste ; son Président a l’art et la manière pour dissimuler les problèmes derrière un écran de fumée.

Morceaux choisis :

Monsieur Venturi a dû se retourner dans sa tombe en apprenant que son effet n’existerait pas à Brétignolles malgré un chenal de 60 m de large ; les lois physiques devront donc se plier à la volonté du maître des lieux ; bien évidemment, les bureaux d’études ont étudié le courant, mais on ne pourra avoir ces chiffres qu’à l’occasion de l’enquête publique ! …

Le Président se réfugie derrière l’aval d’une Commission Nautique consultative, (dont 3 des membres avaient des relations d’intérêts directs avec le projet), et dont le président n’avait pas pris connaissance de l’avis des opposants…. Il passe bien sûr sous silence les avis défavorables des experts maritimes assermentés auprès des tribunaux, et l’avis très défavorable de la commission d’enquête sur la navigabilité…

Contrairement à ce qui était dit précédemment, le porteur du projet a admis qu’il faudrait draguer le chenal mais bien entendu pour un coût modeste ; aux dires du Président, cela en devient même un avantage, car on pourra ainsi réensabler de chaque côté, ce qui revient à reconnaitre implicitement que l’ouvrage aurait un impact sur l’érosion des plages. Selon le Président , pour le port lui-même, ce ne sera pas nécessaire. Il est évident que le courant s’arrêtera de transporter les sédiments en arrivant à l’entrée !

Le creusement du port amènerait la production d’environ 2 millions de m3 de déblais mais ce chantier « serait un moment de vie assez particulier pour les Brétignollais et les habitants du Pays de Saint-Gilles ».  C’est un bel euphémisme pour décrire toutes les nuisances qu’auraient à subir les populations pendant un minimum de deux ans.

On a même été chercher l’exemple du viaduc de Millau (ouvrage d’intérêt général pour désenclaver les territoires) pour démontrer que l’opposition, en particulier écologique, à ces grands projets était complètement stérile…. Bien entendu, Nicolas Ducos n’a pas manqué de rappeler les risques qu’il y aurait pour la navigation, tous balayés d’un revers de main par le porteur du projet.

Enfin, le porteur du projet s’est félicité du fait qu’il n’y avait plus que « monsieur Ducos comme opposant au port qui ait encore le courage de se déplacer ». Effectivement force est de constater qu’il n’y avait dans la salle que quelques personnes convaincues du bien-fondé de cette utopie. Voila pourquoi nous allons continuer à nous mobiliser pour expliquer aux populations de ces communes que, même si ce projet n’est pas sur leur territoire, ils en subiront les nuisances et les conséquences financières de la même manière que les Brétignollais.

En résumé, un projet n’ayant que des avantages, aucun inconvénients, réalisé en un temps record et pour un coût modeste. Comme le disait un homme politique connu :

 « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient »