Paroles de Brétignolles = fariboles

On peut légitimement s’interroger après la lecture de la page consacrée à l’expression des groupes du conseil municipal.

D’un côté une majorité triomphante, pratiquant la méthode Coué en  continuant à manipuler la population ; de l’autre une partie de l’opposition municipale, mal documentée, sans réelle volonté de se battre contre le projet de port et le PLU et qui donne de fausses informations.

Puisqu’on ne nous consulte plus pour la rédaction de ce bulletin, il nous paraissait important de vous donner un éclairage différent.Tous les moyens sont bons pour brider notre expression. Ainsi lors de L’AG de la Vigie, de nombreux adhérents et moi-même, avons été empêchés de nous exprimer publiquement au mépris des*statuts de l’association et de toutes les règles démocratiques.

Donc du côté de la majorité, une habituelle autosatisfaction sur l’activité et la fréquentation estivale ; même si la météo nous a été favorable, la simple observation a permis de constater le contraire ; par exemple,  il n’a jamais été aussi facile de garer son véhicule à proximité de la plage de la Normandelière, la fête foraine était désertée,le lac ″nouvel espace de jeu ensablé″ désespérément  vide. Il faut dire qu’après avoir constaté la destruction du plan d’eau l’année dernière, de nombreuses familles ont boudé Brétignolles. Ensuite, on tente de faire croire que le projet de PLU va dans le sens de l’amélioration de notre qualité de vie en arrêtant la « bétonisation » de notre commune ; qui est responsable de la bétonisation actuelle et de la perte de l’âme de Brétignolles ? Qui à Brétignolles a déclassé des zones agricoles pour les rendre constructibles?

Laisser croire enfin que la rentrée verra la finalisation des grands projets de la mairie, c’est la ritournelle habituelle que la mairie tient depuis 15 ans…c’est faire fi des validations administratives et des recours qui pourraient être initiés.

Ce n’est guère plus brillant du côté de cette partie de l’opposition qui fait beaucoup de vœux pieux et qui n’a  pas montré jusqu’à présent une volonté farouche de lutter contre les projets de port et d’urbanisation.

Les erreurs grossières relevées dans leur communication auraient pu être facilement évitées si seulement ils s’étaient renseignés auprès des personnes compétentes.
Comment peut-on écrire qu’il faudra rembourser la Cdc lorsque le projet de port aura échoué, alors que c’est une aberration juridique, une impossibilité soulignée de nombreuses fois et rappelée dernièrement dans le courrier de Maitre Corinne Lepage aux conseillers communautaires.

En ce qui concerne la réhabilitation des plages, la CDC a compétence dans le cadre des travaux de défense contre la mer.
Cependant, réglementairement, les travaux  de ré-ensablement ne peuvent être entrepris que dans le cadre de la protection des populations contre la mer et non pour favoriser un développement touristique, et  cela après études menées en rapport avec le transit sédimentaire qui ne s’arrête pas forcément à l’échelle d’un canton.

Voilà donc ce qu’est réellement « l’expression des groupes » dans le bulletin municipal, ce que j’avais déjà dénoncé dans un article précédent.

Prochainement, je parlerai de l’annulation de la vente de la ferme de la Normandelière.

Nouvelles de la mairie


* L’article 10 A) des statuts de La Vigie stipule : « Toutes les questions à l’ordre du jour sont discutées. »
L’article  10 B) :  « Les modalités de vote sont les mêmes que pour l’assemblée générale ordinaire. »

statuts complets


Le maire fera voter la validation du Scot au prochain Conseil communautaire du 16 novembre et pronostique une enquête publique sur le Plu pour Noël.

img_0232


Publicités

Incompétence ou imposture ?

Monsieur Denécheau est l’actuel Directeur Général des Services de la communauté de communes du Pays de St Gilles. Il était auparavant le Directeur des Services de la commune de Brétignolles sur Mer, c’est lui qui a monté le projet portuaire présenté à l’enquête publique de 2011. On peut supposer qu’il est censé connaître les règles juridiques…

Les derniers propos qu’il a tenu à la CDC et qui ont été rapportés dans le journal Ouest France du 01/10/2016  sont éloquents. Affirmer que la mairie de Brétignolles prendrait en charge le remboursement, à la communauté de communes, des frais d’études du fumeux projet de port s’il n’aboutit pas, c’est non seulement une tromperie vis à vis des conseillers communautaires, mais surtout une hérésie juridique.

C’était justement un point important que j’avais développé avec Maître Corinne Lepage,  à l’époque ou nous travaillions ensemble. Elle était catégorique sur ce point.

Extrait du courrier aux conseillers communautaires du  27 juin 2016 :

« Or depuis 2015, la CDC a en charge de la gestion de ce projet, conformément à ses statuts. En conséquence, les éventuelles « promesses » de remboursement par une commune membre, de frais exposés par la CDC dans le cadre de ce projet qui auraient pu être évoquées relèvent d’une aberration juridique. »

Il s’agit donc bel et bien d’une énième manipulation à l’attention des conseillers communautaires pour leur faire croire qu’en cas d’échec, les frais incomberaient aux Brétignollais.

Outre le fait qu’il déborde de son rôle de DGS en faisant de la politique, de toute évidence, une fois de plus, ce genre d’argument montre le mépris avec lequel on gère l’argent public, car qu’il soit de Brétignolles ou de toute autre commune de la communauté, c’est toujours  le contribuable qui paie.

Courrier de Maître Corinne Lepage

lettrelepage-eluscdc_160627surligne-1