Des communes responsables

Après les bus déjà en service à la Tranche sur mer (146000 passagers en saison), Noirmoutier (48000 passagers en saison), Saint-Gilles (2 minibus, 10000 passagers à l’année), l’Ile de Ré ( 110000 passagers, 13 bus électriques) c’est maintenant l’ile d’Yeu qui expérimente un bus 100% électrique du 20 au 30 juillet. Lauréate de l’appel à projet du ministère de l’environnement « Territoire à énergie Positive pour la Croissance Verte » (TEPCV) en 2014 et 2015, elle pourrait obtenir deux aides de 500.000 € dans la limite de 80 % de chaque dépense ouvrant droit à subvention.

Nous avions présenté un dossier complet sur le sujet au Conseil municipal du 29 mars 2016 (un bus à Brétignolles) qui s’est empressé de le rejeter sous des prétextes fallacieux qui n’ont été pas soulevés dans les autres communes.

Des solutions existent pour lutter en saison contre la pollution, les embouteillages et le stationnement, encore faut-il en avoir la volonté politique et ne pas être englué dans un projet d’un autre âge !

Ce sont les Brétignollais qui en pâtissent…

Le Courrier Vendéen

Publicités

Une radio à Brétignolles sur mer

 

Une radio animée par des Brétignollais pour des Brétignollais

https://goo.gl/ZdjVhQ

Dernière émission de la saison

Au programme de cette semaine:

  • Monsieur Bourcereau artiste à Brem sur mer
  • Reportage sur la Cabane
  • Quelques infos sur le paddle
  • Interview du chef des surveillants de plage de Brétignolles avec ses conseils
  • Micro trottoir près des touristes au marché
  • Livre et recette de Margaret
  • Interview d’un artificier à l’occasion du 14 juillet
  • Une gérante de camping nous parle de son activité
  • Reportage sur Vendée miniature et interview de son créateur.

Il avait été prévu un reportage sur l’Ecole de voile et sur l’Office du tourisme,
la mairie n’a pas autorisé les responsables à s’exprimer.

Merci de votre fidélité, bonnes vacances à tous.

radiobretignolles@orange.fr

Reprise de la diffusion  du dimanche 17 juillet au samedi 23 juillet
de 10 h à 11 h et de 18 h à 19 h

 

 

Une belle idée de technocrate

poubelles

La redevance incitative pour l’enlèvement des ordures ménagères.

Si tout le monde est d’accord pour maîtriser le coût et l’impact sur l’environnement des ordures ménagères, la méthode choisie par la communauté de communes du Pays de Saint Gilles est pour le moins discutable. En effet, alors que d’autres régions ont choisi la facturation des ordures ménagères au poids ( ce qui semble logique puisque le traitement est facturé à la tonne), ici on privilégie le nombre de passages du camion. La conséquence principale de cette décision va être que les personnes produisant peu de déchets vont les stocker très longtemps dans leur poubelle, avec le résultat pour le voisinage que l’on peut imaginer aisément sauf lorsqu’on est une « tête » à la communauté de communes.

C’est ce que nous conte un de nos lecteurs, Gérard M. de Brétignolles:
 » Respectueux de l’environnement, je trie depuis longtemps mes déchets, je fais du compost et j’ai très peu d’ordures dans ma poubelle que je présente donc pour le ramassage à une faible fréquence. asticotsInterloqué par cette redevance incitative, j’ai poussé jusqu’au bout une petite expérience. Après avoir mangé des fruits de mer (crabes et langoustines), ce qui est assez classique pour un habitant du littoral, j’ai emballé soigneusement mes déchets dans un sac du commerce que j’ai déposé dans mon container attendant comme d’habitude qu’il soit plein afin de limiter mon nombre d’enlèvements. Je vous laisse imaginer l’odeur putride qui s’en dégageait au bout de trois semaines, l’inquiétude des voisins qui s’imaginaient que je cachais un cadavre, et le magnifique élevage d’asticots que j’avais produit pour la pêche. Je n’avais plus qu’à nettoyer ma poubelle à l’eau de Javel. »

Ce récit humoristique montre ce qui peut se produire lorsque des décisions sont prises sans que l’on ait sérieusement réfléchi aux conséquences.

Il n’y a que trois alternatives à ce problème :

1.      Vous sortez votre poubelle chaque fois que vous avez des déchets organiques et vous allez payer très cher pour l’enlèvement de vos ordures ménagères.

2.      Vous ne mangez du poissons et des fruits de mer que lorsque votre poubelle est pleine et que c’est la veille du ramassage, ce qui est très restrictif.

3.      Vous jetez vos sacs poubelles n’importe où dans Brétignolles, ce qui n’est pas citoyen, ce que nous vous déconseillons formellement mais ce qui risque de se produire et s’est produit déjà dans d’autres communes qui ont décidé d’abandonner ce système.

Merci donc aux têtes pensantes qui ont trouvé ce moyen d’inciter les habitants à être respectueux de leur environnement.

Nicolas Ducos face aux pêcheurs

Alors qu’il se promenait à la Normandelière, Nicolas Ducos a été pris à partie par un groupe de pêcheurs lui reprochant d’avoir demandé à la mairie de faire respecter l’injonction du préfet concernant le stationnement des tracteurs sur la plage.

Il n’a fait que son travail d’élu responsable, soucieux de la sécurité et du respect des lois.

Une fois de plus, on se trompe de cible ! Les pêcheurs auraient dû s’en prendre au maire qui refuse de mettre en place les moyens nécessaires afin que la mise à l’eau des bateaux se fasse dans de bonnes conditions de sécurité et dans le respect des règlements, en particulier en utilisant le tracteur de l’Ecole de Voile prévu pour cet usage. Il préfère essayer de faire croire que seul le port serait la solution.

La mairie, qui elle ne se trompe pas de cible, préfère jeter en pâture aux mécontents son opposant historique à ce projet : Nicolas Ducos.

On s’aperçoit  une fois encore que ce sont les intérêts particuliers qui voudraient imposer leur loi au mépris de l’intérêt général.

Ce n’est pas ça qui diminuera la volonté de nos deux conseillers municipaux, Laurence et Nicolas, qui poursuivront leur tâche sans faiblir.

Les pêcheurs sollicités n’ont pas souhaité s’exprimer.

Courrier DDTM

2016-07-11_10h09_57

 

Article L321-9
Modifié par Ordonnance n°2006-460 du 21 avril 2006 – art. 3

JORF 22 avril 2006 en vigueur le 1er juillet 2006
L’accès des piétons aux plages est libre sauf si des motifs justifiés par des raisons de sécurité, de défense nationale ou de protection de l’environnement nécessitent des dispositions particulières.

L’usage libre et gratuit par le public constitue la destination fondamentale des plages au même titre que leur affectation aux activités de pêche et de cultures marines.

Sauf autorisation donnée par le préfet, après avis du maire, la circulation et le stationnement des véhicules terrestres à moteur autres que les véhicules de secours, de police et d’exploitation sont interdits, en dehors des chemins aménagés, sur le rivage de la mer et sur les dunes et plages appartenant au domaine public ou privé des personnes publiques lorsque ces lieux sont ouverts au public.

Les concessions de plage sont accordées dans les conditions fixées à l’article L. 2124-4 du code général de la propriété des personnes publiques. Elles préservent la libre circulation sur la plage et le libre usage par le public d’un espace d’une largeur significative tout le long de la mer.

Notre réflexion sur l’approbation du Scot

La validation du SCoT par les élus de la Communauté de Communes (CDC) est un échec pour tous, c’est un premier pas vers la constructibilité de la Normandelière.

Certains politiques ne voient que l’urbanisation du littoral pour permettre le développement économique !

Comme si la légitimité électorale permettait de s’approprier un bien inaliénable !

Contrairement aux touristes, qui recherchent la nature préservée, la mer à la campagne,  les élus  ont une vision passéiste, ils ne se sont pas rendu compte qu’en cautionnant le projet de port à la Normandelière, ils pourraient détruire à jamais ce qui fait l’attrait même de notre commune.

Nous n’avons pas réussi à convaincre les élus de la CDC parce que la Vigie, comme le groupe d’opposition communautaire, sont restés étrangement silencieux, alors qu’il fallait anticiper et agir vite.

Il est également surprenant que le SCoT remodelé, n’ait pas été mis à la disposition du public avant validation, ni même diffusé à tous les élus des communes concernées.

Si le Préfet approuvait à son tour le document, La Vigie serait alors  obligée  d’engager une action juridique coûteuse en temps, en énergie et en finances.

Alors que tous les voyants concernant le Scot étaient déjà au rouge en janvier, nous étions bien seuls, Laurence et Nicolas, à distribuer notre plaquette pour informer les conseillers communautaires, seuls aussi à rencontrer les maires de la CDC , ce qui a provoqué la scission avec les autres membres de l’opposition.

La validation du PLU de Brétignolles serait une étape supplémentaire vers la réalisation de ce projet insensé.

Les exemples passés dans la commune et ceux plus récents dans l’actualité nous ont prouvé que l’action environnementale ne pouvait pas se passer de l’action politique, et c’est donc unis que nous parviendrons à triompher.

Si vous pensez que seule une opposition forte et combattive peut permettre d’atteindre ces objectifs,  nous vous invitons  à nous rejoindre pour mettre en œuvre cette stratégie offensive qui a déjà fait ses preuves.